Expédition #6 : La patrouille Rigoule

Classé dans : Expéditions | 0

Les membres de l’expédition

  • Charlie, le sourire (Sorcier tieffelin – joué par Dandy)
  • Crystale Rochebrune (Paladine Naine – jouée par Vel) et son poney de guerre
  • Borrrflodar (Paladin draconien – joué par Tim)
  • Loucian Neïlo (Magicien elfe – joué par JohnLorde) et sa chouette de veille, Simone
  • Poly (Druide kenku – joué par Lazarock)
  • Stiopa (Moine ursidé – joué par Pierre)

 

Le récit des explorateurs

Poly nous a transmis le compte-rendu de cette expédition, Frère Stiopa nous a fait part de ses pensées, Loucian des ses chroniques et Charlie a écrit une nouvelle missive à sa sœur. Ils gagnent donc tous les quatre un point de renommée supplémentaire.

 

Le bilan de l’expédition

Départ : le 28 février 1228 – depuis la passe de Kazbek

Retour : le 29 février 1228 – au camp de base.

Statut : Tout le monde est rentré sain et sauf.

XP : Tout le monde gagne un point de renommée. Charlie devient un sorcier du 3e cercle.

Loot : Loucian a trouvé un parchemin de sort (charme personne) et Charlie a récupéré un pied de rigoule qu’il peut monnayer auprès de la guilde des brasseurs (environ 2.000 pièces d’or).

Notes : Tim a changé de personnage mais, comme je suis de bonne humeur, Borrrflodar hérite du point de renommée ainsi que de la corde enchantée d’escalade acquis par le Professeur Ernest.

 

Les informations recueillies par l’expédition

Anastésie, la reine harpie

Des nouvelles de Charlie

On le donnait pour mort depuis plusieurs semaines mais Charlie le sourire aime surprendre son monde. Il est finalement rentré à la passe de Kazbek en un seul morceau… ou presque. Depuis son retour, il passe beaucoup de temps à maudire les harpies qui l’ont retenu captif et il raconte à qui veut l’entendre qu’il va retourner dans leur antre pour tuer Anastésie, leur reine. S’il reste discret concernant les péripéties de sa captivité, Charlie a néanmoins révélé par le menu les détails du curieux programme de procréation de cette cruelle reine qui entend donner naissance à un nouvel empereur écarlate en se reproduisant avec les captifs détenus dans sa tour.

La tour en elle-même est une ruine naine dans un état pitoyable de dégradation et de vandalisme. Malgré cela, l‘endroit possède une certaine beauté. Les sculptures d’antiques héros nains qui en forment le décors cyclopéen ont conservé un air de grandeur passée qui confère au lieu une grave majesté… si l’on arrive à faire abstraction de l’effarante cacophonie produite par la trentaine de harpies qui y jacassent du matin au soir.

Doth et Brott, les myconides

La tour de guet enfin sécurisée

Les membres de l’expédition ont finalement réussi à sécuriser la tour de guet en inspectant minutieusement chaque recoin et chaque sous-sol de la tour. Bien sûr, il a fallu en venir aux mains avec un Schlipack qui rôdait dans son lac souterrain mais nos aventuriers savent maintenant gérer ce genre de créature sans s’exposer inutilement. Ce qu’en revanche ils ne comprennent pas, c’est comment cette créature de mille livres, longue de cinq pas, a réussi à se faufiler jusqu’ici. Et, en l’absence de visiteur -la grotte étant scellée depuis des lustres- de quoi Diable pouvait-elle donc se nourrir ?

Au plus profond du complexe souterrain, les explorateurs ont découvert une forêt de champignon qu’ils n’ont pu pleinement explorer en raison du gaz toxique qui en sature l’atmosphère. Ils ont progressé suffisamment pour que Charlie découvre un précieux pied de Rigoule et pour faire connaissance avec Doth et Brott, deux myconides éleveurs de champignons, les gardiens de la forêt. Frère Stiopa et Charlie essaye de poser les premières pierre d’un traité d’amitié avec les hommes champignons. Ils n’ont guère de succès dans cette entreprise. Doth et Brott se montrent certes amicaux mais les deux frères restent néanmoins très réservés. En revanche, on en apprend un peu plus sur le monde d’en-dessous. Entre les gaz asphyxiants qui rendent le périple hasardeux, voire mortel… les vers géants qui y creusent leur tunnel et provoquent des tremblements de terre… des elfes albinos à la fois belliqueux, esclavagistes et un brin cannibales… La vie en Outre-Terre ne semble ni simple, ni accueillante.

Quoi qu’il en soit, la tour de guet est maintenant fortifiée, nettoyée de tout danger immédiat et prête à devenir un camp de base sûr pour de prochaines expéditions.

Au loup ! Au loup !

Les membres de l’expédition sont unanimes : il faut aussi en finir avec les deux ogres ! Sus à Bert et William ! L’équipe s’empresse donc de voyager à l’ouest jusqu’à la falaise où se cache l’entrée secrète du repaire des géantissimes crétins. On dispose alors soigneusement de grands pièges aux mâchoires d’acier. On effectue une reconnaissance discrète… pas si furtive que cela car les loups ont un odorat redoutable… particulièrement quand il s’agit de loups des montagnes affamés et querelleurs… Il s’ensuit donc une mêlée sportive à grand coup d’épée dans le museau.

L’effet de surprise étant gâché, l’expédition s’en retourne dans son chez soi en jurant-mais-c’est-promis de revenir bientôt finir le travail.

Grofinet, un sergent vétéran

Épilogue

De retour à Kazbek, Charlie le sourire obtient une audience avec les représentants locaux de la guilde des brasseurs. Il négocie avec eux la vente de son précieux champignon, ingrédient essentiel pour la fabrication de la fameuse Stout Rigoule : la bière qui fait pousser les poils et qui fait rire les nains.

Charlie peut se montrer satisfait de son marché. Il a obtenu, pour un an, les services de quatre charpentiers halfelins (ayant une très bonne réputation) ainsi que dix mercenaires courageux commandés par le sergent Grofinet qui est un homme suidé d’expérience.

La carte du complexe sous la tour de guet