Expédition #1 : En territoire gobelin

Classé dans : Expéditions | 0

 

Les membres de l’expédition

  • Casse-oreille ( Barde nain – joué par Acqua)
  • Charlie, le sourire (Sorcier tieffelin – joué par Dandy)
  • Hugues (Clerc faune du domaine du savoir – joué par Po-jama)
  • Loucian (Magicien elfe – joué par JohnLorde)
  • Stiopa (Moine ursidé  – joué par Pierre)
  • Torgak (Rôdeur nain – joué par Paddy)

 

Le récit des explorateurs

  • Loucian a publié son carnet de voyages ; une très libre interprétation des événements qui fait la part belle à ses états intérieurs.
  • Charlie le Sourire a écrit à sa sœur une touchante lettre ; il lui fait part de son action et des ses ambitions pour le futur glorieux du Pays Perdu.
  • Stiopa édifie les foules de ses pensées illustrées par de pittoresques aphorismes ursidés.

 

Le bilan de l’expédition

Départ : 9 décembre 1227 – depuis la passe de Kazbek (hexagone 3322)

Retour : 12 décembre 1227 – au camp de base

Statut : tout le monde est rentré sain et sauf

XP : Tout le monde gagne un point de renommée.
Loucian, Charlie et Stiopa gagne chacun un point  bonus en renommée pour avoir publié leurs découvertes.

Loot : pas un fifrelin !

 

Les informations recueillies par l’expédition

Gluck, le captif (RIP)

Le territoire de la main rouge

Le nord de la passe de Kazbek (hexagone 3322) est le territoire des gobelins de la main rouge. Cette tribu est en pleine débandade car elle a dû céder du terrain au nord face aux attaques des gobelins noirs qui tentent de la réduire en esclavage. La pression est d’autant plus forte que la tribu a perdu un de ses meilleurs atouts. Sa meute de loups lui a en effet été enlevée par Bella, une elfe qui terrorise les gobelins. Pour assurer leur survie, les rescapés se sont rangés sous la bannière de Bert et William, deux ogres qui ont aménagés leur tanière dans une grotte dissimulée à flanc de falaise.

L’expédition a eu deux escarmouches sans gravité contre des patrouilles d’une demi-douzaine de mains rouges. Les gobelins étaient parfois montés sur des rats géants.

Les explorateurs ont longuement interrogé Gluck, un prisonnier très coopératif. Il est malheureusement décédé suite à un fâcheux malentendu. Ils ont néanmoins ramené au camp de base trois gobelins de la tribu : les chasseurs Vok et Birk, ainsi que la femelle Kraz. Les prisonniers ont été mis sous clef en attendant que quelqu’un décide ce que l’on va faire d’eux.

 

 

La tour de guet

La tour de guet

Découverte d’une place fortifiée en ruine où les gobelins bivouaquent de temps à autre. D’après la plaque inaugurale, elle date de l’époque impériale et a été bâtie par l’architecte halfelin Alfred Petitpied. C’est une bâtisse en pierre de taille qui tient encore solidement debout mais dont la charpente et l’huisserie ont été mangées par les vers depuis bien longtemps. Le sol du rez-de-chaussé est un chaos indescriptible de moellons, de poutres et de briques car le premier étage a été délibérément effondré ; sans doute pour écraser les morts-vivants qui se trouvaient là. L’expédition a d’ailleurs trouvé le corps d’un zombi à moitié enseveli dans les décombres. Une étude minutieuse des lieux a permis de conclure qu’il y avait une cave sous les éboulis et qu’on y trouverait sans doute d’autres morts-vivants, si l’on en croit les sinistres grattements qui proviennent d’en-dessous.

 

 

L’antre des ogres


La grotte cachée à flanc de falaise

L’expédition s’est approchée de l’antre de Bert et William d’assez près pour découvrir l’escalier dissimulé dans la roche et apercevoir l’entrée barrée par une solide porte en bois. Personne n’a repéré les meurtrières mais l’accueil par une volée de flèches était assez éloquent.

Grâce aux révélations des prisonniers, l’expédition a pu découvrir qu’en suivant la falaise vers l’est, on parvenait rapidement à un ruisseau sortant d’un épais bosquet. Là est dissimulée l’autre entrée de l’antre des deux ogres. Une reconnaissance furtive a révélé une grotte habité par des rats géants, dont une femelle énorme ; la « mère des rats géants » si l’on en croit l’éclaireur.

 

 

 

Comment bien réussir la préparation du schlipack à nageoire courte

Un peu d’écologie

L’expédition a surpris un groupe de chasse gobelin en plein préparatifs culinaires. C’était l’occasion rêvée d’étudier de plus près la faune locale ; en l’occurrence, un schlipack à nageoire courte (Nothosaurus Monstruositis) que Charlie le Sourire a courageusement goûté. On note :

  • Un vague fumet de poisson à la cuisson ; une chair fétide au goût mais très nourrissante d’après les gobelins,
  • À l’évidence c’est un carnivore, avec beaucoup trop de dents pour être vraiment honnête,
  • Un corps relativement compact : environ 3 mètres de long pour 150 kg,
  • Des nageoires ridiculement petites par rapport à la taille et au poids de la bête ; on se demande d’ailleurs comment elle peut nager,
  • Elle a des yeux exorbités, ce qui laisse à penser qu’elle voit dans le noir,
  • Les rivières de la région sont gelées environ trois à quatre mois de l’année ; elles subissent des crues dantesques à la fonte des neiges et sont quasiment à sec le reste de l’année ; on se demande donc comment cette créature peut bien réussir à prospérer dans un tel milieu,
  • On se demande également comment ces pleutres de gobelins parviennent à capturer une si grosse bestiasse.

 

Vue du mont Kazbek depuis la vallée de la main rouge

Quelques révélations de l’interrogatoire des gobelins

Ce qu’ils disent de Bert et William :

Ils ont vaincu à eux deux une troupe de gobelins noirs,
Ils ont pris son précieux trésor au chef des gobelins noirs : un tube moche en bois qui fait rien du tout ! (sic),
Ils ont peur de Bella et n’ose pas l’affronter,
Ils sont gros, méchants et paresseux et même que c’est les gobelins qui font tout le boulot pour eux.

Ce qu’ils disent de Bella :

Ils l’appellent la sorcière elfe (plus quelques termes injurieux que je vous épargne) mais ils révèlent que son vrai nom est Bella la Dame Sanglante,
Elle réside à l’est de la tour de guet,
Elle a ensorcelé tous nos loups,
Elle est laide à faire peur, elle a des cornes et elle sent la Malemort.
Ils la caricaturent salement sur leurs graphitis, dont ils se servent comme cible pour leurs entraînements.